By on 6 janvier 2016

Salut, moi c’est Morgan.

J’ai 25 ans et je suis passionné de moto depuis l’adolescence. J’ai attendu, attendu, et dès que j’eu l’âge requis, je me jetais à corps perdu dans l’aventure du permis moto. De vous à moi, j’avais juste oublié un élément : certains sont plus doués que d’autres, bref après les premières difficultés passées, je tenais enfin pour moi le droit de rouler à moto, c’est alors qu’allait commencer la grande aventure….

Un détail à régler avant…je n’avais pas de moto ! Alors j’ai travaillé encore et encore, économisant le moindre centime pour me payer mon premier jouet. J’ai bien cru que j’allais perdre quelques amis tant je leur répétais que je ne pouvais pas sortir avec eux, que j’avais d’autres priorités, mais fort heureusement, ils m’ont compris. Ça a payé !

Quelques mois plus tard (dont de longues soirées à étudier chaque annonce pour trouver la perle) j’avais enfin ma propre moto : une Kawasaki ZR-7 ! Je me suis alors empressé de rouler avec et on peut dire que j’en ai fait des kilomètres… Comme tout bon motard, il ne m’a fallu que quelques ballades enlacées à mes reins pour convaincre une poignée d’amis de passer le permis.

À cette époque, j’étais encore à l’université où j’étudiais l’anglais et je regardais beaucoup (trop ?) de vidéos sur le Tourist Trophy. Cette course et cette île m’obnubilait. Il était temps pour moi de partir à sa découverte. Dans le cadre de mes études j’ai alors demandé à travailler sur cette île. Lors de mon entretien d’aptitude, mon professeur m’a alors avoué que j’étais la deuxième personne à demander ce secteur en 17 ans de carrière… Etais-je fou ? Non, simplement passionné…

L’île de Man.

Peu après le verdict tombait et j’étais, à mon plus grand bonheur, pris dans un lycée de l’île de Man pour y travailler. C’était fait, j’allais enfin partir à l’aventure. Il m’a fallu acheter des sacoches cavalières, un sac polochon et sélectionner un an d’affaire à emporter avec moi… En réalité, c’était plus simple que je ne l’imaginais. Le plus dur fut sans doute de quitter mes amis (qui étaient venus m’offrir un dernier au revoir à 4h du matin après avoir fait des kilomètres à vélo ou à moto) et surtout ma famille. Après des adieux déchirants avec mes parents je m’en allais à la conquête de cette île.

L’île de Man, si vous êtes motards, je vous assure que c’est le rêve. Les autochtones sont d’une gentillesse et d’une générosité sans pareil. Bien sûr, la météo n’est pas celle de la méditerranée mais ce serait vraiment trop facile sinon…Imaginez un peu, un rocher pas plus grand que la moitié de la Corse, perdu en mer d’Irlande, balayé par les tempêtes mais sur lequel réside une population qui partage votre passion. Dans chaque pub, vous retrouvez des photos, des dédicaces, des motos, des légendes de cette course. Mieux encore, il vous est possible de faire le tracé de la course de moto la plus dangereuse du monde quand bon vous semble.

Le tracé du TT n’est en fait que sur route, simplement de la route, que tout le monde empreinte quotidiennement. Et mieux encore, la majeure partie ne connait aucune limitation de vitesse… Ici, la seule limite est celle que vous vous imposez, alors prudence. De mon côté j’ai fait la boucle dès le lendemain de mon arrivée, sous une pluie battante, et dans un brouillard épais… Mais peu importe, j’étais devenu un homme ! Durant cette année j’ai rencontré des pilotes, des champions, des passionnés, tous partageant cette humilité que vous devez garder pour ne pas vous faire avoir par les dangers de la route. J’ai roulé tous les week-ends avec des pilotes confirmés et d’anciens champions sur les routes mannoises jusqu’au Tourist Trophy.

Pendant cette course, j’ai prêté main forte aux organisateurs en tant que commissaire de course et interprète pour les pilotes français. Vous retrouver en salle de conférence avec vos légendes c’est quelque chose ! Devoir faire de la traduction instantanée en est une autre… Et assister à la plus grande course sur route du monde à moins de deux mètres des motos passant à plus de 300 km/h c’est un souvenir qui ne s’efface jamais de votre mémoire. Pire, il vous fait revenir !

Le retour.

Mon contrat s’achevant je suis rentré en France pour acquérir une nouvelle expérience professionnelle, et surtout parce que le voyage en Australie que je prévoyais depuis deux ans tombait à l’eau. Problème, ma ZR-7 était une superbe moto, mais après un an à rouler avec des pilotes, je la connaissais trop bien. Il était temps d’en changer.

J’ai donc fait tous les concessionnaires du coin pour trouver celle que j’aimais le plus. Je suis tombé sous le charme du trois cylindres anglais en seulement une heure. Mon choix était fait, j’ai repris mes recherches puis j’ai acheté une Triumph Street Triple R quasi neuve avec les économies prévues pour l’Australie. Cette moto est une merveille ! Légère, puissante, rigide, tout ce que je désirais.

Un an s’est écoulé depuis cet achat et j’en suis toujours raide dingue. Je suis retourné sur l’île de Man pour prêter main forte à un ami pilote pour le ManxGP. Une fois encore j’ai rencontré des gens formidables, pilotes, habitants, journalistes. Tous m’ont laissé un souvenir exceptionnel.

Seulement voilà c’est bien joli tout ça, mais j’ai toujours soif de voyager. Je veux voir le monde, je veux prendre du recul, je veux de l’aventure. C’est à ce moment précis que Rémi me parle de son projet de traverser toute l’Amérique en moto. Génial, un deuxième fondu me dis-je. Nous en discutons encore et encore et son projet me plait de plus en plus. Et là, il lâche la bombe : « Bah pourquoi tu ne viendrais pas ? ».

La réponse est évidente et immédiate, ainsi commence notre périple…

TAGS

LEAVE A COMMENT

Morgan & Rémi
Autour du monde

Avez-vous déjà rêvé de voyages et d’aventures ? Rémi et moi, oui. C'est pourquoi nous allons partager avec vous, 70 000 kilomètres, 500 jours et 35 pays sur deux motos… Vous êtes prêts ? Soutenez nous, likez notre page Facebook, partagez-la et suivez nous parce que le compte à rebours est lancé !

Nos derniers articles
Facebook

Unable to display Facebook posts.
Show error

Error: Error validating application. Application has been deleted.
Type: OAuthException
Code: 190
Please refer to our Error Message Reference.